"Les trois médecins" de Martin Winckler *****

Publié le par clochette

"C'est la sensation épouvantable que l'on éprouve en prenant conscience que tant de choses sont à conjuguer au passé, et qu'on ne sait plus exactement quand on s'est mis à changer de temps. C'est la sensation déprimante que même si les gens que l'on a aimés ne sont pas morts,  ce que nous avons partagé avec eux, hier ou avant-hier, est devenu imaginaire, car le souvenir lui même s'estompe, se transforme, se dilue".

 

De Martin Winckler, j'avais beaucoup aimé "La maladie de Sachs", le récit du quotidien d'un médecin généraliste. Et j'avais depuis longtemps sur ma PAL ces 750 pages, sur lesquelles je ne me serai pas arrêtée, si Marie ne les avait pas mises dans ses coups de coeur.

Ce récit raconte -mais pas seulement- la formation de Bruno Sachs -alias Martin Wincker- pendant ces longues années d'études de médecine dans les années 1974, alors que la loi Veil sur l'IVG n'est pas encore votée. Années de formation au cours desquelles il se fait des amis pour former un quatuor -les quatre mousquetaires- qui sera omniprésent tout au long de ce roman passionnant, écrit en s'inspirant de la trame  du célèbre roman d'aventures,  dont on retrouve avec bonheur les personnages principaux : Bruno Sachs sous les traits de d'Artagnan, André Solal Aramis, Basile Bloom Portos et Christophe Gray Athos. Mais aussi de nombreux personnages féminins du roman :  la femme aimée, la cousine,  la calculatrice...

Ce livre est bien plus que la banale histoire de quatre étudiants en médecine. C'est un roman  brillant, volontiers cynique, et toujours pertinent, une immersion au coeur de la médecine, et de ses étudiants : ceux qui sont médecins de père en fils par obligation, les fils à papa, celles qui viennent là pour se trouver un mari, la dure sélection, l'esprit concours,  la rivalité entre les généralistes et les spécialistes, le pouvoir des laboratoires... Mais bien plus qu'un simple documentaire, c'est aussi un véritable roman à tiroirs qui met en scène l'auteur lui même : la relation de ce fils unique avec ses parents, ses amours, ses amitiés, ses luttes aussi pour l'évolution de la prise en charge des "patients", et l'avènement d'une médecine  plus juste.

Roman de formation, d'amitié, d'amour, roman profondément humain dans la description de ces hommes et de ces femmes qui sans cessent côtoient la maladie, la souffrance et la mort. Pourquoi choisit-on de devenir médecin ? Quelles sont les raisons qui poussent tant de jeunes à faire ce métier difficile ? En sort-on indemne ?

Roman polyphonique, la parole est aussi donnée aux gens qui oeuvrent autour des médecins, les infirmières et aide soignantes bien sûr mais aussi des gens "banals"  comme monsieur Nestor qui s'occupe d'ouvrir et de fermer l'amphithéâtre de la faculté, ou madame Moreno,  la femme qui fait le ménage dans le foyer des étudiants. Un livre sur le féminisme aussi et les luttes pour l'IVG ou la reconnaissance des femmes comme médecins...

Bref un roman passionnant, qui se lit d'une traite, et que je vous recommande chaudement.

"Tu es l'homme des livres, Diego. Tu as toujours été là quand il le fallait, pour écouter ceux qui avaient besoin de parler. Celui qui reçoit et transmet les histoires des autres... et qui les met à l'abri quand il le faut".


Martin Wincker vient de publier un nouveau roman "Le choeur des femmes", sorti en librairie le 27 août.

Commenter cet article

Sous la chaleur implacable de midi... 04/01/2015 11:29

.

Theoma 27/09/2009 01:05


Banco, je note ! J'aime bcp l'histoire et la manière dont tu en parles. Merci !


Aurel 23/09/2009 00:12


Ce livre peut m'intéresser à l'occasion!


Marie 22/09/2009 20:25


Qu'est-ce que j'avais aimé cette histoire de médecins à la mousquetaire !!