"Un cri d'amour au centre du monde" de Kyoichi KATAYAMA ***

Publié le par clochette

Sakutaro est un adolescent qui tombe amoureux d'Aki avec qui il va partager beaucoup de moments de bonheur . Ayant tissé des liens d'amitié avec elle en classe de quatrième, il est toujours attiré par cette jeune fille dont il va se rapprocher au lycée jusqu'à vivre une histoire d'amour avec elle, qu'il imagine éternelle. Mais Ayi va mourir, foudroyé par un cancer. Comment se relever et quel sens donner à sa vie  après un tel drame ?

Ce livre aborde de façon sensible et poétique, avec beaucoup d'émotion et de retenue le thème de la mort d'un être cher, mais aussi le thème de la mort tout court. Que devenons nous après notre vie sur terre ? Au delà des convictions de chacun, ne restons nous pas vivants surtout à travers le souvenir que les autres gardent de nous ?

De belles paroles prononcées par le grand-père de Sakutaro, confronté lui aussi à la perte, l'aideront à continuer à vivre...

Ce récit, malgré le thème, n'est pourtant pas larmoyant. Je pense qu'il touchera particulièrement les personnes qui ont eu à vivre un deuil. Il se démarque de la production actuelle par sa grande sobriété : une jeune fille malade et qui va mourir, ses parents, un jeune homme amoureux d'elle et son grand père. Très peu de personnes dans ce roman épuré qui est un grand cri salutaire d'amour mais aussi de vie. Car il faut bien se relever après un tel drame.

Décidément j'aime de plus en plus littérature japonaise, dont la production de qualité permet de découvrir des récits souvent intimistes comme c'est le cas ici ou avec une dimension plus fantastique.

"Un cri d'amour au centre du monde" de Kyoichi KATAYAMA, Presses de la Cité, 2006

"Je fus alors saisi d'une certitude terrible. Aussi longtemps que je vivrais, je ne voulais pas être plus heureux que maintenant. Je ne voulais aspirer qu'à une chose : tenter de conserver ce bonheur précieusement aussi longtemps que possible. Car j'étais effrayé par ce que je ressentais. Si la quantité de bonheur attribuée à chacun d'entre nous est limitée, alors j'étais peut-être en train de dépenser la part de toute ma vie."

"J'écoutais d'un air distrait leur dispute. Je ne comprenais pas comment ils pouvaient continuer à se chamailler comme si de rien n'était. En même temps, je savais qu'ils s'efforçaient de me changer les idées. Mais à quoi bon ? Aki n'était plus là. A quoi bon parler, se disputer ? Plus rien n'existait."

Commenter cet article

Maryelen 25/08/2008 16:51

Très bon blog, vraiment passionnant! Après avoir été une fervente lectrice, j'avoue que je ne suis plus trop l'actualité littéraire en ce moment, privilégiant tout au long de l'année les lectures universitaires "utiles".Je suis heureuse d'avoir retrouvé ce livre (Un cri d'amour au centre du monde) que je connaissais vaguement. Comme par hasard, le drama que je regarde en ce moment (Sekai no Chûshin de, Ai wo Sakebu) en est l'adaptation!Je vais de ce pas m'empresser de me jeter sur le bouquin! :DJe vous souhaite une bonne continuation, votre blog est très bien fait et agréable à consulter. Je n'hésiterai pas à revenir et à le recommander ^^Bonne fin de journée ! :)Marie-Hélène

clochette 12/06/2006 08:41

Avec plaisir Sylvie, merci !
Pour ma part, je viens de mettre ton blog en lien sur le mien !
Et pour la petite histoire, sache qu'en principe dans le "Madame Figaro" du 17/06, sortira un dossier de 4 pages sur les femmes et la littérature avec un article sur mon blog.

Sylvie 11/06/2006 19:56

Je vois que nous avons les mêmes goûts ! En manga, Tesuka et Taniguchi, en littérature française, Claudel, Besson et Gaudé et en littérature japonaise, Murakami !
Je suis en train de lire Soldat Peaceful car je prépare un club de lecture avec des documentalistes...
Je te propose de mettre en lien ton site sur le mien et même de faire un petit article sur ton blog....