"Les déferlantes" de Claudie Gallay ****

Publié le par clochette

À la pointe de La Hague, au pays des "taiseux", la narratrice, qui travaille pour le centre ornithologique de Caen, observe le comportement des oiseaux. Elle loge à "La Griffue", d'où elle entend la tempête le soir. Elle tente d'oublier la maladie et la mort de son compagnon. Elle est intriguée par l'arrivée de Lambert, qui suscite la curiosité des habitants du village. Une femme âgée, un peu folle, semble le reconnaître mais le prénomme Michel. Alors la narratrice cherche à savoir ce que cet homme, secret et solitaire, auquel elle n'est pas insensible, est venu faire sur l'île.

J'avais beaucoup entendu parler -en bien- de ce roman. J'en attendais donc beaucoup ! Et je n'ai pas été déçue. Pourtant, au début, j'ai eu un peu peur. Il est vrai que trop de bonnes, voire d'excellentes critiques, peuvent parfois desservir un livre, tant nos attentes sont élevées. Et je dois dire d'ailleurs que c'est surtout le dernier quart du livre qui a emporté ma totale adhésion, lorsque la narratrice dénoue petit à petit les secrets de cette intrigue captivante. Avec l'océan en toile de fond et des personnages singuliers, qui tous semblent détenir un secret et une personnalité complexe et énigmatique. Jusqu'à la chute finale, amenée progressivement et de façon superbe. À l'image de ce texte, aux phrases courtes, sèches, qui martèlent et servent le récit.  Il laisse une grande place à la nature, avec notamment ce phare et sa lumière qui tiennent une place prépondérante. Il s'attarde aussi à l'analyse de la nature humaine et d'êtres qui cachent des secrets, s'épient ou se détestent. J'y ai retrouvé les thèmes chers à Claudie Gallay, au premier lieu desquels la solitude, mais aussi la vieillesse, le mystère, la mer, les animaux et plus particulièrement les chats, les non dits, les drames familiaux, les références à des auteurs célèbres, ici Prévert, ou à une région : la Normandie. Avec de très beaux passages, très touchants, sur le deuil, le pardon, l'oubli et la rédemption. Et surtout des descriptions magnifiques de la tempête, des vagues, de la houle, de ces "déferlantes" qui sévissent dans la mer et la vie des héros. Cette écriture lente et intimiste, cet univers sensible, particulier, permet à cette auteure de se faire une place à part et de qualité dans la production littéraire.

Marie a elle aussi beaucoup aimé

L'avis du site Lecture Ecriture

Ce qu'en disent les jurées du grand prix des lectrices de Elle ici

Commenter cet article

Sébastien, intrigué par cette date... 04/01/2015 13:59

.

Marie France 22/01/2009 17:46

livre  que je quitte ce soir, plus qu'un chapitre ! en effet ce n'est qu'à la bonne deuxième moitié que je ne l'ai plus quitté ; tu le résumes très bien ; il y a une ambiance particulière très bien décrite et on s'y croirait ; dommage d'avoir attendu si longtemps pour le trouver finalement très bien et original.

Essel 13/01/2009 15:30

Oui, on me l'a bcp recommandé : il faut absolument que je trouve le temps de le lire !!!

sarah 16/12/2008 14:50

voici un livre qui me tente énormément, j attends qu'il sorte en poche ( ça ne devrait plus tarder...) et je me jette dessus.en attendant je l ai offert à ma belle mère, j espere qu elle aimera ( je n ai entendu/lu que des critiques positives jusqu'a maintenant alors je me dis que je prends peu de risque...)

Magiclilive 08/12/2008 10:33

Mais j'ai déjà lu cette chronique !