"Tout ce que j'aimais" de Siri Hustvedt *****

Publié le par clochette

"Je me dis que Lucille méritait le bonheur, un nouveau mariage, un autre enfant. Elle allait enfin s'échapper de cet appartement maussade de la 3e Rue Est. Et cependant, sous mes bons voeux rôdait, turbulente, la conscience que Lucille était quelqu'un que je ne comprenais pas".


New-York - Milieu des années 1970

Bill est un artiste passionné par son métier. Il passe de nombreuses heures dans son atelier à peindre. Il sympathise avec Léo.  Leur amitié est si forte qu'ils vont la partager aussi avec leurs compagnes respectives qui s'apprécient également . Les deux couples se fréquentent beaucoup, s'installent dans des appartements voisins, fondent une famille. Ils ont en quelque sorte des vies parallèles et semblables.

Mais les uns commes les autres seront rattrapés par les aléas de la vie : un divorce pour Bill, qui quittera sa femme pour rejoindre Violet, son modèle, une jeune femme qui va trouver rapidement sa place dans le quatuor. Mais aussi par des drames au premier rang duquel la mort accidentelle du fils de Léo et Érica.

Ce roman m'a beaucoup plu. Suivre le destin de ces deux couples m'a passionnée, il faut dire que l'écriture est magnifique. J'ai été touchée par le destin parallèle de ces deux hommes, leurs problèmes de couple, leur vie de famille, leur amitié, les choix  qu'ils font, leur sensibilité. La disparition tragique du fils de Léo et Érica et les conséquences que cela entraîne dans leur vie m'a particulièrement émue. Tous les personnages sont très attachants. La narratrice réussit le tour de force de montrer des êtres sans les juger, sans qu'il soit fait de reproches à aucun de leurs choix de vie et des revirements que cela entraîne.

La première fois que j'ai eu ce livre entre les mains je ne suis pas rentrée dedans et je l'ai rapidement laissé tomber. Puis après mon coup de coeur pour "Élégie pour un américain" je l'ai repris en me disant que je ne lui avait peut-être pas suffisamment accordé d'attention. Bien m'en a pris ! Ce récit m'a envoûtée : Sirit Hustvedt est une grande romancière,  et je vais continuer à explorer son oeuvre. Elle n'a rien à envier à Paul Auster -j'aime pourtant aussi beaucoup ses romans -dont elle est la compagne et à qui elle dédie ce livre. Il m'a beaucoup fait penser à un couple d'amis que nous avons eu, mon ex mari et moi, quand nous étions jeunes mariés.  La vie des deux couples de ce livre était un peu la nôtre, une amitié en tout cas à laquelle je tenais mais qui n'a pas résisté au temps.

L'avis des chroniqueuses du biblioblog, elles aussi conquises.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

L’aube se levait quand Jésus 04/01/2015 14:07

.

Corso 14/04/2009 13:55

Je viens d'apprendre que Siri Hustvedt venait en rencontre-dédicace le mardi 26 mai 2009 de 17 à 19h à la librairie Arthaud à Grenoble. Je ne manquerai pas cet événement!

keisha 30/10/2008 07:20

J'ai bien envie de découvrir cet auteur ...Maintenant j'ai des idées de titres.

liliba 27/10/2008 22:19

Je l'avais déjà noté, donc je le souligne poru ne pas oublier !

kesalul 26/10/2008 22:18

Je ne suis pas sûre d'être très emballée. Mais un jour peut-être...