"Nouilles Tchajang" de Chi, Kyu-Sok et Byun Ki-Hyun ****

Publié le par clochette


"Ma famille se composait de mon père, de moi, son fils unique, et d'une femme de ménage, au visage couvert de taches de rousseur. Avec moi, mon père faisait toujours preuve d'une grande gentillesse. Quant à la femme de ménage, c'était ma mère."

Fils d'un instituteur, Anh-Do vient d'avoir dix sept ans. Alors qu'il est lycéen, il interrompt brutalement ses études et se fait engager comme commis de cuisine et livreur dans un restaurant chinois. Auprès du cuisinier, il apprend à préparer les nouilles Tchajang avec de la viande, des légumes et des oignons qui le font pleurer. L'occasion pour lui de découvrir la vie, le monde et de devenir adulte. L'occasion de partager avec nous ses souvenirs d'enfance, de revenir sur les rapports avec et entre ses parents, de nous faire le récit d'anecdotes savoureuses comme celle  de son apprentissage du dessin et des conseils de son professeur d'arts plastiques qui nous vaudra une magnifique aquarelle de mer. L'occasion aussi de découvrir le monde du travail, la vie de livreur dont les journées consistent bien souvent à uniquement dire "Bonjour" ou "Merci", la difficulté que peuvent connaître les petits commerçants, les rivalités entre anciennes boutiques et magasins plus novateurs, l'amitié, l'amour et le passage de l'adolescence à l'âge adulte. Sous forme de tranches de vie, ce très bel album au graphisme magnifique, m'a beaucoup plu. Il est en couleur ce qui est plutôt rare pour le manga - même s'il s'agit à proprement parler d'un manhwa puisque cette bande dessinée est coréenne-, et en un seul volume, autrement dit un "one shot".

Cettte autobiographie, adaptée d'un roman à succès -hélas non traduit à ma connaissance- de Ahn-Do Yuhn, est une vraie réussite. Elle m'a fait penser aux magnifiques albums de Taniguchi dont le sublime Quartier lointain. Elle a d'ailleurs le même format que les bandes dessinées de Taniguchi et est publiée dans la même collection que "Le sommet des dieux" que je n'ai toujours pas trouvé le temps de lire !

Un très beau récit initatique à découvrir et à posséder en lycée ou au rayon jeunesse de sa bibliothèque.

Pour en savoir plus, une très intéressante  interview des deux auteurs réalisée au festival d'Angoulême en 2006.

Publié dans Bd-Manga

Commenter cet article

Il était plus de onze heures quand Cyril sonna... 04/01/2015 14:32

.

hamnessa 14/06/2008 00:14

Je l'ai lu et j'ai bien aimé :D

Flo 23/05/2008 13:59

moi qui adore Taniguchi, je suis bien tentée pour découvrir aussi cet auteur. je note !