"Le couperet" de Donald Westlake *****

Publié le par clochette




Burke Devore, contrairement à son père, n'a jamais tué personne. Il aimerait savoir ce que ça fait d'éliminer un autre être humain mais il ne peut plus en parler avec son père, mort d'un cancer du poumon. Cet homme n'est  pour autant pas un criminel, il a juste fait la guerre et Burke a hérité de son Luger dont il ne s'est jamais servi. Il ressort cette arme, dans le but de tuer un certain Herbert Coleman Everly. Tout simplement parce que cet homme, qu'il ne connaît même pas, est  un concurrent potentiel dans sa recherche d'emploi. L'un comme l'autre ont travaillé dans l'industrie du papier. En effet,  Burke Devore est au chômage depuis deux ans et il commence sérieusement à en avoir marre d'être recalé d'entretien en entretien. Alors pour connaître le nom de ses concurrents, il va tout simplement passer une annonce fictive... Le nombre de curriculum vitae qu'il reçoit est impressionnant.  Parmi ces CV, il va en sélectionner quelques uns qu'il considère comme susceptible d'obtenir le poste qu'il convoite. Et dans le plus grand secret, en mentant à son épouse sur son emploi du temps, il va se charger de les éliminer les uns après les autres...

Merci au professeur de français de mon fils grâce à qui j'ai découvert cet auteur. Le polar doit être au programme de seconde et parmi la liste de romans policiers proposés, c'est celui ci que mon fils a choisi !  Bien lui en a pris !

Ce roman est non seulement prenant... je l'ai lu d'une traite en me demandant bien comment tout cela allait finir... mais il met aussi le doigt sur un fait de société malheureusement banalisé. Pourtant se retrouver au chômage est souvent un choc qui peut bouleverser la vie de toute une famille et de la personne qui est touchée de plein fouet par une compression de personnel... Car le chômage remet en cause votre estime de vous même -suis je toujours valable, digne d'intérêt - mais aussi votre vie familiale. Il vous oblige à renoncer à plein de choses certes pas indispensables : les cours de gym, les chaines privées payantes, l'agneau, le poisson, et remet ainsi en question votre façon de vivre. Comment continuer à recevoir et voir des amis quand on n'a plus d'argent, comment continuer à être disponible pour sa femme quand on est miné par cette frustration, comment continuer à donner le change, comment protéger ses enfants ... Ce roman social d'un grand cynisme a le mérite de mettre en lumière la façon dont notre société et son système peut broyer un individu et le rendre fou.

Ce roman noir est admirablement bien fait et il m'a permis de découvir un grand auteur de polars dont je vais poursuivre la lecture. Une adaptation cinématographique que je n'ai pas vue a été faite avec José Garcia, pour l'heure je vais emprunter à la bibliothèque d'autres titres de cet écrivain, qui m'a enthousiasmé.

L'avis de Roger : "Captivant d'un bout à l'autre, et si proche de l'actualité que l'on croit lire la presse, rubrique des faits divers. De plus, l'auteur a trouvé un remède radical pour réduire considérablement le chômage. Ce roman donne à lui seul envie de lire les autres ouvrages de l'auteur."

Publié dans Polar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Encore toi!... 04/01/2015 14:34

.

Nicolas 01/07/2009 18:36

J'ai aimé ce roman bien écrit, bien construit, et intéressant, mais je ne peux parler de coup de coeur. Je trouve peut-être le style et la construction un peu mécaniques et répétitifs. Malgré cela, Le couperet est un bon polar.

L'âne bâté 02/07/2008 20:40

À lire aussi, dans la même veine : Mon CV dans ta gueule, d'Alain Wegscheider.

Bernadette 09/05/2008 19:03

Oui, un polar mais aussi une réflexion sur la société. J'ai aussi vu le film

Cely 05/05/2008 23:04

Moi aussi j'ai beaucoup aimé le film. Le livre est sur ma liste depuis un petit moment, je vais p'tet le faire remonter en haut de la pile...