"Le rapport de Brodeck" de Philippe CLAUDEL ****

Publié le par clochette

images-brodeck-copie-1.jpg

L'arrivée d'un inconnu jette le trouble dans un petit village...

Cet inconnu est surnommé l'Anderer, puisqu'on ne connaît pas son nom, qu'on ne sait pas d'où il vient ni pourquoi il est là. Il s'installe dans ce village en prenant une chambre à l'auberge Schloss. Très rapidement, les gens  sont intrigués par cet homme, d'autant qu'il est peu bavard et qu'il passe son temps à écrire dans un carnet. Brodeck est le seul au village à qui plaît plutôt l'arrivée d'un étranger et c'est à lui, en raison de son instruction, que les hommes demandent de faire un rapport pour expliquer le meurtre de cet Anderer qu'ils vont finir par tuer. 

Alors Brodeck écrit et raconte...L'occasion pour lui de revenir sur la vie de ce petit village, de ses habitants, sur les blessures et les trahisons des uns et des autres, sur les drames et sur la guerre aussi qui n'est jamais loin dans l'oeuvre de Claudel.

Encensé un peu partout, ce nouveau roman de Philippe Claudel m'a vraiment fait penser aux Âmes grises, que j'avais adoré à sa sortie en 2003, et cela a d'ailleurs gêné ma lecture au départ. Même style, même technique narrative, même suspens, même ambiance, même narrateur omniscient... Et pourtant, lentement, je me suis laissée prendre et emporter par ce roman pour finir par ne plus le lâcher. L'occasion pour Claudel de dénoncer l'horreur de la guerre, de passer des âmes grises aux âmes noires, comme le dit si bien Véro dans sa critique sur le site Lecture Ecriture, et de montrer la part sombre de l'humanité.


Essel a adoré, Laurent a aimé, Gambadou est partagée


"Ce n'est pas que j'avais peur qu'il me reconnaisse, non. C'est moi qui ne voulais pas le voir. Je ne voulais pas croiser ses yeux. Et ce que je voulais surtout, c'était conserver au plus profond de mon esprit l'illusion que cet homme grand et gras, heureux d'être un bourreau, qui était tout près de moi mais qui était désormais dans un autre monde que le mien, dans le monde des vivants, pouvait ne pas être Ulli Rätte, mon Ulli avec lequel j'avais passé jadis tant de moments, avec lequel j'avais partagé des croûtes de pain, des assiettes de pommes de terre, des heures heureuses, des rêves, d'infinies promenades bras dessus bras dessous. Je préférais le doute à la vérité, même le doute le plus mince, le plus fragile. Oui je préférais cela, car je crois que la vérité aurait pu me tuer."

Commenter cet article

Voir plus 04/01/2015 15:09

.

Jamilla CHERAIT 13/12/2009 19:30


L'histoire est vraiment prenante. On découvre la vraie nature humaine (pas belle du tout !). Ce livre est à découvrir et à faire découvrir.


boo 19/10/2007 10:27

je l'ai beaucoup aimé! c'est un très "bon" roman.

magiclilive 18/10/2007 09:18

Un article tous les trois jours : mais quand trouves-tu le temps de les écrire et plus encore de lire tous ces bouquins!?Mille bisous

clochette 19/10/2007 20:19

C'est très simple ! Je profite des moments où mon fiancé regarde la télé : NCYS, prison Break ou encore le film du dimanche soir. Ce soir par exemple c'est soirée rugby, super, je vais pouvoir finir "La fille sans qualités"

Mireille 18/10/2007 08:39

Il était déjà sur ma LAL. Il va falloir qu'il passe dans ma PAL ! Je ne lis et n'entends que des éloges sur ce roman.